Blog, Le projet

JOURNAL D’UNE AVENTURE COLORÉE ET PLEINE DE SURPRISES…

L’année 2020 a commencé en grandes pompes !

Un voyage à New-York, un salon avec des milliers de personnes et un nouveau projet coloré, plein de promesses pour une année qui s’annonçait comme riche; riche en émotions, certainement ! Doucement, notre projet s’est mis en place, des contacts, les premières photos… En mars, le lancement officiel en France mais que sur les réseaux sociaux, à défaut de le faire sur les salons et lors d’événements, à cause du premier confinement. C’est parti pour une année où l’on devra s’adapter ! Dès lors, toute la dynamique de notre projet s’est concentrée sur la partie digitale. Mais nous nous sommes vite aperçus que dans tout projet participatif, s’il y a bien un ingrédient indispensable, c’est l’humain ! Et toute la difficulté réside dans le fait de créer une communauté sur le net sans avoir d’échanges, en vrai. Ce qui, quelque part, est plutôt rassurant ! Tous nos repères, les échanges prévus et les partages envisagés, les actions planifiées, tout a été bouleversé. Le travail avec nos différents partenaires tels que les écoles, les bibliothèques, les musées, s’est avéré beaucoup plus délicat malgré que quelques actions ont pu être menées et des photos envoyées par des élèves à l’invitation de leurs enseignants ! Quelques petites lueurs… Un vrai défi nous attendait… Malgré que le fait de prendre une photo soit simple, embarquer des personnes dans une aventure collective est une autre paire de manche !!!

Le confinement a offert un bon lot de défis et de challenges, nous avons tous été plus que sollicités et parmi cette masse de culture qui s’offrait à nous, il fallait faire des choix. Dur, dur de rivaliser avec cette magie que nous a ouverte la toile tentaculaire du net ! Mais ce projet aura finalement permis de souder nos proches, familles et amis, pendant ce premier confinement, avec justement des petits défis simples et quotidiens comme « recherche de la couleur bleue ! » ou les défis « abécédaire » avec, chaque jour, l’objectif de prendre en photo des objets de son quotidien commençant par une lettre donnée. Vingt-six jours de folie et la redécouverte d’un alphabet du confiné ! La famille de Mathilde, l’artiste qui pilote l’opération, a été très productive sur cette période, et a donnée lieu à des échanges mémorables sur WhatsApp ! Au final, ce projet s’est transformé le temps de cette période si étrange en parfait outil de management et de création de liens intrafamiliaux ! Rien n’était perdu ! Puis, la saison estivale est arrivée et le déconfinement, bien-sûr, au mois de mai, qui nous a permis de faire, comme le dicton l’indique, « ce qu’il nous plaisait » ! Les sorties étaient donc au RDV, la vie reprenait tranquillement ses droits et pour nous, l’occasion pour la première fois de faire des ateliers avec de vraies personnes : des enfants et leurs parents. Un mois d’ateliers réguliers tous les week-ends à Rouen pour l’événement Rouen-sur-mer !

Pouvoir parler et discuter autour des couleurs était magique ! Nos ateliers « chasseurs de couleurs » et « collectionneur de couleurs » ont donné lieu à de très bons moments d’échanges et pour la première fois, la possibilité de parler « en vrai » de notre projet. L’été est passé vite, la rentrée est arrivée et notre compteur de photos avait toujours du mal à décoller. Même si l’équipe était toujours motivée, avec des réseaux sociaux super actifs, des défis hebdomadaires, des outils, des références… Peu de photos sont arrivées dans la boîte mail… La fin de l’année pointait le bout de son nez, un petit sursaut et la motivation de la Nuit des Musées et la clôture du festival, comme ligne d’arrivée ! Et puis, coupés dans notre élan, le second confinement… Ce coup-ci, comme un signe, nous avons décidé de ne pas nous acharner et d’arrêter. Même si quelques milliers de photos se sont accumulées sur notre plateforme, la dynamique générale n’était pas au rendez-vous. Alors, ce n’est pas un clap de fin car malgré tout, en regardant en arrière à l’heure des bilans, ce projet a permis de créer un super outil pour notre association ; un outil artistique et fédérateur, qui aura eu le mérite d’animer de bons moments en famille, de souder notre équipe, d’avoir emmené quelques « followers » assidus sur les réseaux dans cette belle aventure.

Il aura également mené à de belles rencontres, des réflexions riches autour des couleurs et la perspectives de nouveaux ateliers et outils pédagogiques, mais aussi à la satisfaction d’avoir fait naître de nouveaux projets avec de nouveaux partenaires. Finalement, un bilan plutôt positif, bien que pas forcément là où l’on attendait ! Donc pas de point final, mais juste une virgule, une petite pause, une petite déception, mais comme on dit, nous avons perdu une bataille, mais pas la guerre ! Ou d’une manière plus optimiste, en référence à Nelson Mandela, « dans la vie, je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends » : cette année, c’est sûr, on aura beaucoup appris. ❤️

Blog, Le projet

À la découverte du Pixel Art…

# ENGLISH VERSION HERE #

Récemment, nous vous avons raconté la genèse de ce projet mêlant photographie, pixel art et art participatif dans une série de posts intitulée « Du tricot à la photo » et disponible ici : https://impressionsoleilcouleurs.com/…/du-tricot-a-la-photo/. Nous vous emmenons maintenant à la découverte du « Pixel Art », essence-même et fil conducteur d’Impression Soleil Couleurs.

◾Mais qu’est ce que le « Pixel Art » ? 
Ce dernier désigne une composition numérique qui utilise une définition d’écran basse et un nombre de couleurs autrefois limité. De fait, le matériau de base du pixel art est la représentation plastique du pixel (contraction anglophone de « picture element » ou « élément d’image »). C’est-à-dire une surface plus ou moins carrée et colorée, comme composante élémentaire de toute création de pixel art.
Le Pixel Art est un mouvement qui trouve ses sources tant dans l’histoire de l’art que dans l’apparition des jeux vidéo, le déploiement d’internet et des nouvelles technologies. Il touche l’ensemble des pratiques artistiques mais aussi beaucoup de générations.
Ainsi, afin de resserrer ces liens-intergénérationnels à l’instar du projet « Ensemble nous sommes Monet » de Tricote un sourireCitémômes a pour but de réaliser une oeuvre participative géante à travers son tout nouveau projet Impression soleil couleurs…
Cette fois-ci, il ne s’agit néanmoins pas de petits carrés de tricot… Mais de photos !

◾Pour illustrer nos propos, découvrons maintenant des oeuvres s’inscrivant dans ce mouvement artistique ou s’en approchant de très près… Tel que l’impressionnisme par exemple ! 🖼
Nous pouvons en effet lier le procédé de pixellisation à l’impressionnisme dans sa vision de la touche : la trace de l’outil. Selon la quantité de matière de peinture déposée sur le support, la touche est légère ou possède des empâtements. La manière impressionniste consiste à poser la peinture par touches visibles, mettant en avant l’aspect vibrant d’une ambiance générale plus qu’une représentation hyperréaliste de la réalité observée.
Cette juxtaposition des touches peut ainsi s’apparenter à des juxtapositions de fragments, d’objets ou de carrés.
Et comment pourrions-nous ne pas évoquer Claude Monet ? En effet, depuis 2016 notre chère équipe de volontaires et bénévoles a oeuvré à la réalisation de 7 oeuvres participatives géantes en récoltant des carrés de tricot, dans le cadre du projet “Ensemble nous sommes Monet” de Tricote un sourire, toutes représentant des oeuvres de Claude Monet.

◾Observons maintenant une oeuvre unique et pour le moins… Déconcertante !
Lincoln de Salvador Dali, datant de 1975, propose une double lecture : d’une part, les carrés peints représentent Gala, femme de l’artiste, face à une fenêtre s’ouvrant sur un espace lumineux. Un indice est laissé en bas de la toile, deux carrés : Gala en miniature, ainsi que le portrait d’Abraham Lincoln. 
À gauche de l’image, voici une vue du tableau depuis le musée Figeras, en Espagne, où il est exposé. Le recul entre l’œuvre, qui est exposée à plusieurs mètres de hauteur, et le spectateur permet une autre lecture de l’œuvre qui vous révèle le portrait d’Abraham Lincoln. 
Et vos photos dans tout ça ? Les oeuvres participatives géantes du projet Impression soleil couleurs aura elle aussi plusieurs perspectives et lectures : de très près vous pourrez reconnaître vos photos et vous amuser à observer celles des autres chasseurs de couleurs. 🔍 Avec un certain recul, des tableaux impressionnistes célèbres apparaîtront comme par magie !✨

◾Allons maintenant voir du côté de l’artiste peintre allemand Gerhard Richter… L’oeuvre ci-dessous, signée par ce dernier, est composée de 4900 carrés aux couleurs vives disposés de façon aléatoire par un concept qu’il a inventé et intitulé : le «hasard contrôlé». Les carrés ont été peints sur 100 panneaux d’aluminium. Les panneaux peuvent être considérés tout à fait comme une seule œuvre d’art qui mesure 69 mètres carrés ou le travail peut être exposé comme 49 pièces séparées. Et chez Citémômes ? 
Tout comme chez Richter, il s’agira pour nous de créer d’une oeuvre géante à partir d’une large palette de couleurs et de très nombreux petits carrés pour ne former qu’une seule oeuvre d’art… Mais sans aucun hasard ! ✨

◾ L’art urbain ou street art est, à la fois, un mouvement artistique et un mode d’expression artistique, qui s’affirme ou se revendique ainsi à partir de la fin du XXe siècle. Il regroupe toutes les formes d’art réalisées dans l’espace public, et englobe diverses techniques telles que le graffiti sur mur, le pochoir, la mosaïque, l’affichage et le collage, et même des installations comme par exemple le tricot urbain ou yarn bombing très apprécié chez Citémômes ! L’artiste Invader propage dans la ville ses mosaïques en céramique, rappelant le célèbre jeu Space Invader et sa démarche se résume à trois points : la rencontre entre la mosaïque et le pixel, la transposition d’un jeu vidéo dans la réalité ainsi qu’un processus d’invasion à l’échelle planétaire ! La rue comme une toile éphémère ? L’art de rue, aussi éphémère soit-il, touche beaucoup de personnes par son aspect visible et accessible à tous. Tel est, finalement, le but recherché !

◾◾◾

Blog, Le projet

Du tricot à la photo…

English version here !

Nous vous emmenons aujourd’hui avec nous à la découverte de l’histoire de notre projet et de toutes les inspirations qui ont mené à sa création dans le cadre de l’édition 2020 du festival Normandie Impressionniste !  Pourquoi des carrés de couleurs, pourquoi des tableaux de peintres impressionnistes, du collaboratif… ? La réponse à vos questions se trouve ci-dessous ! 🙂

Saviez-vous que tout est parti d’une aventure un peu folle autour lancée par notre association Citémômes en 2014 et intitulée « Tricote un sourire » ? L’objectif à l’époque était de réaliser des installations artistiques de yarn bombing (ou tricot urbain) à partir de carrés de tricot 10x10cm récupérés auprès de participants dans le cadre de petits ateliers organisés à l’association ou en dehors. Un petit groupe de tricoteur, dont la grand-mère de notre directrice fut pionnière, s’est alors formé… Mais nous étions alors bien loin de nous douter de la folle aventure qui nous attendait ! 

Du petit carré de tricot de 10x10cm, nous sommes passés au petit carré de 5x5cm, notre leitmotiv depuis 2016… Autrement dit, depuis l’édition 2016 du Festival Normandie Impressionniste, à l’occasion duquel nous avons lancé notre défi « Ensemble nous sommes Monet » : un défi un peu fou qui consistait en la création d’une oeuvre participative géante en petits carrés de tricot de 5x5cm. C’est ainsi que le 27 août 2016, devant la Cathédrale de Rouen, fut dévoilée notre Suzanne, représentation de La jeune femme à l’ombrelle tournée vers la gauche de Claude Monet. Une oeuvre de 6X4m et 12 000 petits carrés de tricot qui s’apprêtait alors à vivre de grandes aventures…

Lors de son dévoilement, notre Suzanne a fait le buzz sur les réseaux sociaux et sa photo a été relayée un petit peu partout dans le monde… Jusque dans le bureau de la rédactrice en chef du magazine Vogue Knitting Live : 6 mois plus tard, en janvier 2017, notre équipe s’envolait pour New York afin de présenter Suzanne au Salon annuel du même nom ! 🤗 Durant les trois jours de salon, elle a fièrement fait le dos de l’ensemble des défilés de mode présentés. Après une tel évènement, il n’était donc pas question pour notre équipe de s’arrêter en si bon chemin… 



Après un superbe voyage à New York pour notre « Suzanne » et le défi « Ensemble nous sommes Monet », pas question de tout laisser tomber ! Notre communauté nous réclamait déjà le prochain tableau et de nombreux petits carrés de tricot n’attendaient qu’à créer de nouvelles oeuvres ! C’est ainsi que « Le Pont » a vu le jour en 2017 puis « Le Tour du Monde des Nymphéas » en 2019 : 5 Nymphéas de Monet choisis sur les 5 continents dans des musées du monde entier dont le premier est présenté ci-dessous à droite ! 😉 Ces nouvelles oeuvres de respectivement 8000 et 12500 petits carrés ont elles aussi eu le privilège d’être exposées à New York en janvier 2018 puis janvier 2020. 💚 Depuis, la magie du collectif ne fait qu’opérer à chaque nouveau projet lancé par Tricote un sourire !

Pour cette nouvelle édition du festival Normandie Impressionnistenous avons décidé d’innover du tricot à la photo, mais sur une même base et un même objectif : celle des petits carrés colorés assemblés qui donnent naissance à une oeuvre d’art participative. Si un carré de tricot est facilement réalisable, une photo carrée ne l’est-elle pas tout autant ?  Tout comme nous avons réalisé « Suzanne », « Le Pont » et « Le Tour du Monde des Nymphéas » en tricot, nous réaliserons donc des tableaux impressionnistes célèbres exposés dans le cadre du festival, mais pas que, à partir des pixels colorés de photos que vous nous envoyez chaque jour ! 📸 Vous souhaitez participer à votre tour ? Rendez-vous ici : https://impressionsoleilcouleurs.com/envoyer-vos-photos/ !

Enfin, retrouvez toutes les infos sur le projet « Tricote un sourire », rendez-vous sur son site internet tricoteunsourire.com !