Blog, Petite bibliothèque

Petite Bibliothèque #46

Savez-vous que les couleurs ont un langage ? 🎨

Et oui ! Les couleurs parlent d’énergie, de centres d’intérêt, de regards sur le monde…. Les découvertes inspirées sur l’action des couleurs, menées par William Berton, auteur et spécialiste de la symbolique des couleurs depuis plus de trente ans, ouvrent en grand les portes de la connaissance, du bien-être, ainsi que de la conscience. 🙂

En effet, en parcourant les pages de cet ouvrage et les couleurs que vous aimez, que vous portez, qui vous entourent, vous saurez tout sur vos tendances, vos envies, ce que vous vivez, ce à quoi vous aspirez. Un vrai portrait de l’âme… Coloré !

Grâce à son jeu de 96 mi-cartes prédécoupées, ce livre se veut vivant et explique comment passer d’un mode « matière » qui détaille comment se vivent les relations, à un mode « lumière », qui explique comment se relier à la nature de son être et porter un regard éveillé sur les choses.

Simple, La Couleur Energie ne nécessite aucune connaissance préalable, mais se laisse découvrir. Il se veut idéal pour les curieux, les thérapeutes énergétiques, les accompagnants, les coachs, les coloristes, les stylistes, les communicants, les intuitifs, les personnes en chemin spirituel ou chemin tout court !  😉

Éditions Colorscope

Blog, Petite bibliothèque

Petite Bibliothèque #45

Bien qu’assez ancien à présent, cet ouvrage n’est pas à sous-estimer !

La nomenclature des couleurs de Werner occupe une place vénérée parmi les livres sur la couleur : en effet, les scientifiques et les explorateurs s’y sont référés pour décrire les diverses découvertes qu’ils ont pu faire au cours des XIXème et XXème siècles.

Darwin lui-même a utilisé la nomenclature de Werner comme livre de référence lors de ses explorations. Rien que ça !

Dès ses premières pages, l’ouvrage propose une multitude d’échantillons de couleurs, minutieusement reproduits à partir des originaux de Werner.

Vous avez déjà peiné à nommer une teinte spécifique ? Cet ouvrage est fait pour vous !

Il est également un fantastique aperçu de la théorie des couleurs à travers les âges et les époques.

Et bien qu’il s’agisse d’un artefact d’une époque révolue, les descriptions de couleurs sont toujours aussi agréables à lire.

Un petit bijou !

Blog, Petite bibliothèque

PETITE BIBLIOTHÈQUE #44

Dans son ouvrage Les Couleurs de nos souvenirs, Michel Pastoureau s’était intéressé à l’histoire des rapports entre couleurs et société sur plus d’un demi-siècle (1950-2010).

Poursuivant ses enquêtes, il les fait porter sur une période plus courte et propose aujourd’hui un regard et une réflexion sur les pratiques de la couleur de notre temps. Fait de notes prises sur le vif, d’expériences personnelles, de propos débridés, de digressions savantes ou de récits pleins d’humour, ce Journal chromatique des cinq dernières années nous conduit sur les terrains les plus divers : le vocabulaire et les faits de langue, la vie quotidienne et le spectacle de la rue, le vêtement et les phénomènes de mode, l’art et la littérature, le cinéma, les musées, la publicité, le monde politique, les jardins publics, les chambres d’hôtel et les terrains de sport.

Tour à tour descriptif et narratif, ludique et poétique, ce Journal souligne combien la couleur, omniprésente dans nos sociétés contemporaines où sa fonction première est de signaler, de classer et de hiérarchiser, reste heureusement une source de plaisir et un lieu pour rêver.

Éditions du Seuil

Blog, Petite bibliothèque

PETITE BIBLIOTHÈQUE #43

La couleur est comme l’air qu’on respire, elle est partout : des affiches publicitaires aux feux de signalisation, des tendances de la mode au langage des fleurs, dans l’art, le design et la décoration d’intérieur…

Mais connaissez-vous la signification des couleurs ? Saviez-vous qu’elle diffère selon les cultures et même les époques ?

Qu’est-ce que le mouvement impressionniste doit à la chimie ? Le blanc est-il une couleur ? Le bleu est-il votre couleur préférée, à vous aussi ?

Amandine Gallienne, coloriste de métier, déploie une palette de 100 mots pour raviver notre regard. En coloriste de métier, elle donne quelques bons conseils pour accorder les couleurs, maîtriser les codes afin de mieux les dépasser.

Un seul mot d’ordre : amusez-vous !

Éditions du Seuil

Blog, Petite bibliothèque

PETITE BIBLIOTHÈQUE #42

Ce jeudi, en écho à notre couleur du mois -comme vous l’aurez deviné, le jaune, nous avons choisi de vous présenter Jaune, Histoire d’une couleur de Michel Pastoureau, spécialiste de la symbolique et de l’histoire culturelle des couleurs.

Aujourd’hui, en Europe, le jaune est une couleur peu présente dans la vie quotidienne et guère sollicitée parle monde des symboles.
Il n’en a pas toujours été ainsi. Les peuples de l’Antiquité voyaient en lui une couleur presque sacrée, celle de la lumière, de la chaleur et de la prospérité.
Les Grecs et les Romains lui accordaient une place importante dans les rituels religieux, tandis que les Celtes et les Germains l’associaient à l’or et à l’immortalité.
Le déclin du jaune date du Moyen Age qui en fait une couleur ambivalente.
D’un côté, le mauvais jaune, celui de la bile amère et du soufre démoniaque : il est signe de mensonge, d’avarice, de félonie, parfois de maladie ou de folie.
De l’autre, le bon jaune, celui de l’or, du miel et des blés mûrs : il est signe de pouvoir, de joie, d’abondance.
Toutefois, à partir du XVIe siècle, la place du jaune dans la culture matérielle ne cesse de reculer.
La Réforme protestante, la Contre-Réforme catholique, plus tard les avaleurs bourgeoises » du XIXe siècle le tiennent en peu d’estime.
Môme si la science le range au nombre des couleurs primaires, sa symbolique reste équivoque.
De nos jours encore, le jaune verdâtre est ressenti comme désagréable ou dangereux car il porte en lui quelque chose de maladif ou de toxique ; au contraire, le jaune qui se rapproche de l’orangé passe pour tonique, joyeux et bienfaisant, à l’image des fruits de cette couleur.

Éditions du Seuil

Blog, Petite bibliothèque

PETITE BIBLIOTHÈQUE #41

Deux couleurs spécifiques, le vert et l’orange sont ici analysées sur le temps long, du Moyen Âge à nos jours, à travers les représentations, les pratiques sociales et les identités politiques.
Le choix de ces couleurs correspond à un lien étroit avec le végétal – mais aussi à celui de couleurs intermédiaires, fruit d’un mélange. « Secondaires », elles sont pourtant chargées de symboliques et d’identifications aussi fortes que les couleurs primaires. Quelles sont leurs résonances anciennes ? Quelles sont, au fil des siècles, leurs évolutions ?
Des historiens, des historiens de l’art, des littéraires et des linguistes tentent de répondre à ces interrogations. Leurs regards croisés, sur des espaces différents (de la France à l’Irlande, l’Ukraine, la Palestine ou l’Allemagne), permettent de mieux appréhender les représentations des couleurs et leurs usages. Constructions culturelles complexes, le vert et l’orange dégagent un large éventail de sens, de codes politiques et sociaux, de connotations parfois contradictoires, à l’image de la société dont la langue se fait l’écho : des roux à la révolution orange, des partis Verts à la relation tumultueuse nouée en Irlande entre ces deux signes identitaires antagonistes.
En rassemblant des contributions très variées s’appuyant sur des méthodologies diverses, explorant à la fois mots, textes et images d’hier à aujourd’hui, cet ouvrage constitue un original instrument de travail, de connaissance et de réflexion sur les sociétés et leur histoire, à travers celle des couleurs.

Presses Universitaires Limoges

Blog, Défi de la semaine !, Petite bibliothèque

PETITE BIBLIOTHÈQUE #39

Rouge et les autres couleurs de l’arc en ciel (il y aura onze ouvrages de couleur), voilà ce qu’a commencé de publier A. Mollard-Desfour, ingénieur au Laboratoire « Lexiques, dictionnaires, informatique » (LDI) de Villetaneuse. Pourquoi un dictionnaire pour les locutions des couleurs? Depuis les travaux sur la couleur de Michel Pastoureau, l’histoire des sensibilités s’est enrichi de l’étude de la gamme chromatique. A lire cet ouvrage, le rouge me monte aux joues d’avoir utiliser si longtemps ces expressions sans en avoir repéré la richesse et la variété. Et il ne s’agit encore que d’analyser les expressions nouvelles du XXe et du XXI siècle pour mettre l’accent sur les évolutions lexicales et les appropriations sociales des couleurs. Les sources pour appréhender cette couleur sont variées : articles de presse, poèmes, romans, chansons de Proust, A. France, Thibaudet, Mauriac, Sabatier, Aragon, Eluard, Boudard, Combescot à Picouly, de Montéhus, Prévert, Brassens, Brel, Goldman à Delerm. Comment notre siècle et le précèdent ont-ils modifié et adapté l’usage de la couleur rouge ?
L’ouvrage commence par une introduction synthétisant sur une liste rouge, l’étymologie, les différents usages sémantiques du rouge, puis s’ouvre le dictionnaire des différents sens, figurés, métonymiques et autres dans des expressions (100 pages) pour finir par tous les dérivés du rouge qui remplissent 340 pages, suivis d’une riche bibliographie et d’un index.

Du tapis rouge aux bonnets rouges

Quel rapport avec l’histoire direz vous ? Les champs d’utilisation du rouge nous font sortir le tapis rouge car les explications et les citations sont précises et actualisées. Rouge politique des bonnets rouges qui n’avaient pas un rouget, quand les escadrons rouges de Louis XIV combattaient, celui des tuniques rouges des anglais ont débarqué, des chemises rouges au drapeau rouge, de la Butte Rouge à la Place rouge, des écrevisses de rempart perdaient leurs pantalons garance, des gardes rouges au petit livre rouge, de l’affiche rouge à l’orchestre rouge jusqu’au téléphone rouge tout cela pour lutter contre le péril rouge quand les brigades rouges font trembler l’Italie et que la rose rouge s’installe en France. Le rouge philosophique que chaque alchimiste tente d’atteindre grâce à l’œuvre au rouge. Le rouge réservé à l’élite, de l’héraldique des gueules (rouges quel pléonasme !) pour les princes, aux talons rouges du sang bleu, du rouge cardinalice, au ruban rouge avant la rosette rouge. En géographie, le rouge du fleuve et de la mer Erythrée.
La deuxième partie qui propose tous les dérivés du rouge se prête moins dans une chronique à ces jeux d’expression mais relevons pour en donner la richesse, les variétés du rouge : érythrine, rougeâtre, amarante, Andrinople, rouge-baiser, Bordeaux, brique, cardinal en carême, carmin, carotte, cerise, cinabre, coquelicot, corail, cramoisi, cuivre et je finis par rouge diable et Dior pour vous laisser le plaisir de découvrir les vingt-trois autres lettres de l’alphabet. Que de rubriques (mettre les titres en rouge au XIIIe siècle) !

Du stylo rouge au rouge sang

Et nous y penserons, nous les professeurs, qui soulignons encore si souvent en rouge pour que les élèves ne soient pas marqués plus tard à l’encre rouge. L’analyse de l’histoire du mot, des modes de fabrication de la couleur dans les champs littéraires, scientifiques, religieux fait apparaître l’extrême variété de ses utilisations sociales et culturelles. Le rouge du sang, du meurtre, de la trahison, du péché, du maléfice, de la prostitution est passé, au XXe siècle au rouge de l’interdit, du danger pour passer dans le domaine de l’alimentaire (label rouge). Il reste le rouge de l’honneur, de la distinction et de l’érotisme.
Un livre incandescent qui n’est pas cousu de fil blanc! Mais beaucoup attendent de savourer les suivants afin que ces couleurs et leurs associations symboliques colorient notre usage de la langue.

CNRS Éditions

Blog, Petite bibliothèque

PETITE BIBLIOTHÈQUE #38

Cet ouvrage est un grand livre de photos, un objet précieux, un hommage des plus grands photographes du monde à toutes les nuances de couleurs.

Les couleurs sont omniprésentes dans nos vies, elles nous entourent, influencent notre environnement, nos comportements, notre langage et notre imaginaire avec leur sens caché.

À travers le rouge, le vert, le jaune, le bleu, le noir et le blanc Croma donne vie à un dialogue silencieux de 347 images (paysages, portraits, objets).

La préface et les textes d’introduction de Michel Pastoureau donnent toutes les clés pour comprendre le sens et appréhender la force des couleurs.

Éditions Chêne

Blog, Petite bibliothèque

PETITE BIBLIOTHÈQUE #37

Pourquoi le ciel est-il bleu ? Qu’est-ce que le rayon vert ? Et quelle est la couleur du ciel sur Mars, Vénus ou Titan ? Y a-t-il des arcs-en-ciel de Lune ?

n
Entre la physique et l’astronomie, le grand physicien épistémologue Jean-Marc Lévy-Leblond explique, avec le talent d’un conteur, les phénomènes célestes qui nous entourent et mettent de la couleur dans notre monde.
Il évoque les phénomènes physiques et aussi les savants tels que Galilée qui pour lui a apporté d’essentiel : l’idée que le monde céleste et le monde terrestre ne font qu’un et que les lois physiques y sont les mêmes, à l’encontre de la tradition aristotélicienne qui séparait le monde terrestre, le nôtre, monde de l’imperfection et du changement, du monde céleste, monde de la perfection et de l’immuabilité.

Un formidable texte sur les interrogations mais aussi des plaisirs que peuvent susciter les sciences !

Éditions Broché

Blog, Petite bibliothèque

PETITE BIBLIOTHÈQUE #36

Vous lirez peut-être ce texte parce que le Bleu de la couverture a « accroché » votre regard.

En effet, cette couleur profonde attire tout particulièrement la rétine.

Le Bleu a une autre vertu, il vous relaxe et vous invite donc à prendre un peu de temps pour poursuivre cette lecture.

Le Vert du titre vous conditionne à agir et à aller de l’avant. Pensez aux feux de signalisation !

Il suggère à votre inconscient que ce livre est aussi instructif qu’accessible. Vous découvrirez, à travers les résultats d’études scientifiques et d’expériences surprenantes, à quel point les couleurs vous influencent, quel que soit le domaine : psychologie, apprentissage, décoration d’intérieur, mode, productivité, créativité, marketing, désir… Après avoir lu ce livre au style direct, léger et souvent drôle, vous ne choisirez plus vos couleurs par hasard ! 😉

Éditions du Palio