Blog

PETITE BIBLIOTHÈQUE #33

Cet ouvrage propose une découverte inédite de l’art à travers quatre itinéraires qui traversent l’histoire de la couleur dans la peinture occidentale entre le xive  siècle et le xxe  siècle  :  Bleu divin, Rouge sensuel, Vert mortel, Or étincelant, quatre couleurs largement utilisées dans l’art occidental.
Dans un voyage en quarante-huit tableaux, présentés sous forme de 4 dépliants insérés dans l’ouvrage, de Duccio à Rothko, cette histoire de l’art prend un sens riche et inédit, la couleur se révélant un moyen parfait d’affiner notre compréhension des œuvres.
 Depuis toujours, la couleur détermine notre relation au monde, elle nous aide à identifier les objets qui nous entourent et à nous repérer dans l’espace. Partie intégrante de l’expression de notre identité – personnelle, nationale, politique –, elle est intimement liée à l’histoire de la vie et à la compréhension de notre place dans le monde. La couleur traduit l’évolution de nos goûts, de notre spiritualité et de notre relation à la nature.
Elle est donc aussi profondément liée à l’histoire l’art.
  Depuis les pigments qui servent à les confectionner – parfois très coûteux, comme l’outremer, ou très toxiques, comme le vert émeraude – jusqu’aux significations et connotations, variées et changeantes, qui leur sont associées, ces couleurs nous offrent un accès à l’histoire fascinante d’une sélection de chefs-d’œuvre de la peinture, et du monde dans lequel ils ont été créés.

  

Éditions Hazan

Blog, Petite bibliothèque

PETITE BIBLIOTHÈQUE #31

En cette semaine qui accueille le mois d’octobre, c’est le gris, comme un écho à la couleur actuelle du ciel, qui est mis à l’honneur !

Ni noir, ni blanc, le gris est une couleur-caméléon, de fusion, aux frontières incertaines.

Tour à tour lumineux comme la lune ou poussiéreux comme la cendre.

Gris argent, béton, banlieue, caserne, étain, fer, flanelle, perle, pierre, prison, zinc.

De Aragon à Goldman, en passant par Beckett, Lascault, Yourcenar, Godard, le gris décline ses nuances et associations. Gris de la sagesse et de la connaissance. Gris de la mélancolie et la solitude. Gris effacement et humilité, deuil, banalité, anonymat, invisibilité, secret.

Couleur de la ville, de l’industrie, de la standardisation, mais aussi du sobre et du bon ton, de l’élégance et du luxe. du zen ou de l’ivresse !

Gris… Couleur de notre temps ?

Éditions Cnrs